Tableau blanc & projecteur interactif

Faites le bon choix !

Tout récemment, vous avez sans doute reçu de la part du Segec une offre de tableaux blancs et projecteurs basée principalement sur des produits Epson. Neovision, spécialisée dans les solutions interactives, s’est associée à Optoma (leader reconnu en technologie de projection DLP) pour vous proposer une alternative plus qualitative et dont le coût de possession total est le moins élevé du marché.

Outre le fait que les projecteurs que nous avons sélectionnés ont une technologie plus adaptée à l’utilisation dans une salle de classe, ils affichent d’autres caractéristiques supérieures à la proposition du Segec comme le montre le tableau ci-dessous :

  • Offre
  • TABLEAU
  • Tableau à surface émaillée haute qualité
  • épaisseur du tableau (rigidité)
  • Charnières des volets renforcées
  • Surface de projection optimale en 16:10
  • Garantie de la surface émaillée*
  • PROJECTEUR INTERACTIF
  • Technologie
  • Couleurs après changement de lampe
  • Luminosité
  • Profondeur des noirs
  • Contraste
  • Stylet fonctionnant sans piles
  • Consommation max.
  • Niveau sonore min.
  • Garantie sur la lampe
  • Segec
  • Tableau blanc
  • 11 mm
  • 112 x 179,2 cm
  • 25 ans
  • EPSON EB-680Wi
  • 3LCD
  • Dégradées
  • 3 200 lumens
  • Moyenne
  • 14 000:1
  • 317 W
  • 28 dB
  • 2000 heures
  • Neovision
  • Tableau blanc
  • 19 mm
  • 118 x 188,8 cm
  • 25 ans
  • OPTOMA W319UST(i)
  • DLP
  • Non dégradées
  • 3 300 lumens
  • Forte
  • 18 000:1
  • 235 W
  • 26 dB
  • 2 500 heures

Contactez-nous  ! Notre équipe commerciale et technique se fera un plaisir de répondre à vos questions.

Complément d’informations sur la pertinence de certaines caractéristiques pour le choix d’une installation de ce type en milieu scolaire :

Épaisseur du Tableau Blanc

L’épaisseur est un des éléments essentiels du tableau pour garantir une durée de vie supérieure et garder sa surface plane.  En effet, avec une épaisseur moindre le tableau pourrait se courber.  Ceci serait particulièrement dommageable en cas d’utilisation d’un module laser tactile car il ne fonctionnerait plus correctement !

Taille de l’image

Elle est réglable selon les modèles, la technologie utilisée et la focale de l’objectif. Selon les modèles, les diagonales se situent entre 3 et 13 m. Tout dépend de l’utilisation que vous souhaitez en faire : chez soi avec peu de recul, dans une grande salle… Gardez à l’esprit que plus la taille de l’image est grande, plus les défauts sont visibles. Si vous souhaitez projeter des images de plus de 2 mètres, optez pour un vidéoprojecteur très lumineux, un modèle DLP par exemple. (source)

Niveau sonore

Un vidéoprojecteur est équipé d’un ventilateur qui permet le refroidissement de la lampe, or, sur certains modèles, le bruit occasionné peut être dérangeant. On considère qu’un appareil reste silencieux jusqu’à 30 dB. Les appareils haut de gamme sont très silencieux, leur niveau sonore est généralement compris entre 22 et 26 dB. (Source)

Comment s’additionnent les décibels ?

C’est parce que les décibels ne s’additionnent pas de manière arithmétique, n’augmentent pas de manière proportionnelle. L’échelle des décibels est logarithmique.
Les décibels ne s’additionnent pas comme des mètres ou des kilogrammes.
Lorsqu’on double la source sonore, l’intensité sonore n’est pas multipliée par 2. Elle n’a augmenté que de 3 dB par rapport au niveau initial.

87 dB + 87 dB = 90 dB

Autrement dit, en ayant seulement 3 dB en plus, votre appareil produit 2 fois plus de bruit. (source)

Consommation électrique du projecteur

82W de différence entre deux appareils qui fonctionnent tous les jours, comme dans les milieux scolaires, représente un coût global non négligeable.

Exemple :

Pour une utilisation moyenne de 30h/semaine durant 34 semaines, cela vous fera économiser ou perdre, selon le vidéoprojecteur choisi 18.14€/an. C’est à dire que sur une durée de vie minimum de 7 ans, le coût total supplémentaire est de 128.8€ tvac par projecteur.

Détails du calcul :

30 * 82W = 2 460Wh/semaine
2 460Wh * 34 semaines = 83 640Wh/an (83.6 kWh/an)

83.6 kWh/an * 0.217€ ttc (cf. source) = 18.14€/an

Aperçu du prix du kWh (cent d’euro/kWh) en Belgique sur la page callmepower.be (du 02-01-2018)

Tri-LCD ou DLP ? (source)

  • Principe de la technologie DLP

La technologie DLP (Digital Light Processing), inventé par Texas Instruments, projette une image grâce à de micro-miroirs orientables et à une puce. La lumière émise par la lampe passe par une roue chromatique qui contient les trois couleurs primaires (rouge, bleu, vert). Elle est renvoyée vers la puce et les miroirs. Cette technologie offre une très bonne luminosité, l’absence de pixellisation et un bon rendu des teintes foncées. En revanche, elle reste encore plus onéreuse que les LCD ou Tri-LCD.

-Avantages de la technologie DLP

Avec un vidéoprojecteur DLP, la qualité de détail est excellente. Les images et les contrastes sont nets. La technologie DLP permet une bonne lisibilité que vous apprécierez lors d’une présentation ou à la lecture d’un texte. La roue chromatique reproduit toutes les couleurs existantes. Le noir ressort particulièrement bien.

-Inconvénients de la technologie DLP

Les vidéoprojecteurs DLP reste plus onéreux que les LCD ou Tri-LCD.

  • Principe de la technologie tri-LCD (Liquid Crystal Display)

Cette technologie équipe généralement les projecteurs les moins chers du marché.  La lumière de la lampe est décomposée vers trois miroirs dichroïques rouge-vert-bleu puis renvoyée au travers de trois panneaux à cristaux liquides monochromes.  Alignés avec précision leurs images se recomposent dans un assemblage de prismes avant de traverser l’objectif. Le niveau de noir reste assez moyen et la lampe est plutôt fragile.

Avantages de la technologie tri-LCD

Les vidéoprojecteurs sont compacts, légers et se transportent très bien. L’image est douce et relaxante. Ce type d’appareil est idéal pour le home cinéma. Les réglages sont simples.

Inconvénients de la technologie tri-LCD

Sur les vidéoprojecteurs tri-LCD, la profondeur des noirs n’atteint généralement pas celle obtenue avec le DLP. Si vous êtes près de l’écran, vous constaterez que les pixels sont espacés (effet de grille) ou, comme pour les écrans plats LCD, on constate fréquemment des problèmes de pixels morts.

En conlusion, vous l’aurez compris, les technologies tri-LCD et DLP ont chacune leurs adeptes. Si vous comptez utiliser l’appareil dans un environnement bien éclairé, comme une grande salle de classe ou de réunion et que votre premier critère est la luminosité et le contraste, tournez-vous vers un vidéoprojecteur DLP.  Si vous recherchez un appareil facile à utiliser pour votre home cinéma, privilégiez les tri-LCD.